Les mots étrangers de Vassilis Alexakis

Le narrateur a l’air de se confondre avec l’auteur puisque, comme lui, il est Grec et écrivain. Il partage son temps entre Paris et Athènes , écrit en Français depuis la dictature des colonels et se traduit lui-même en Grec. Mais voilà que, brusquement, il a envie d’apprendre une troisième langue et il choisit le Sango, parlé en Centrafrique dont ce n’est d’ailleurs pas la langue officielle: en effet c’est le Français qui joue ce rôle dans ce pays.
Le lecteur suit l’apprentissage du narrateur et comprend progressivement les raisons de son choix.
Lire la suite de mon étude →