Confiteor de Jaume Cabré

Ce gros roman de Jaume Cabré, d’une vitalité narrative exceptionnelle, peut déstabiliser un lecteur non averti. Il est en droit de se poser des questions :
– est-ce un roman ou une pièce de théâtre comme la distribution des rôles intitulée  » dramatis personae  » pourrait le faire penser?
– Est-ce un champ d’expérimentations de nouvelles formes narratives comme pourraient l’indiquer une focalisation instable ( le récit étant tantôt à la 1ère, tantôt à la 3ème personne ), les passages d’une époque à une autre ( du XIVème siècle à la période contemporaine), les transferts d’un lieu à un autre ( Rome, Barcelone Gérone).
Le récit oblige le lecteur à sa reconstruction, tant les séries de ramifications et la dislocation de la narration le contraignent à une gymnastique incessante. Pourtant, si énigmes il y a, elles seront progressivement élucidées.
Mais tout ceci n’empêche pas le lecteur d’être captivé par l’histoire car c’est avant tout le récit que fait Adrià de sa vie à l’intention de Sara, la femme aimée. Lire la suite de mon étude →