Les huit montagnes de Paolo Cognetti

Ce roman, de Paolo Cognetti, traduit de l’Italien, a obtenu les prix Strega et Strega giovani en 2017.
C’est un roman d’apprentissage dans la mesure où on voit grandir le jeune Pietro, petit citadin qui vient chaque année passer l’été à Grana, un village de moyenne montagne, dans les Alpes, accompagné de ses parents.
Ils viennent à Grana car le père est passionné de montagne et il entraîne son fils dans des courses, à l’assaut des pics et des sommets. Or il se trouve que l’enfant a le mal des montagnes et qu’il se met à vomir dès qu’il atteint une certaine altitude. Dans ces conditions il ne peut pas partager la passion de son père, au grand dam de ce dernier.
Lire la suite de mon étude →

Tous les hommes sont mortels de Simone de Beauvoir

A notre époque il existe un mouvement transhumaniste qui, misant sur des progrès technologiques à venir, pense que l’humanité pourra accéder un jour à l’immortalité.                                                                        C’est là un thème fécond exploité par les philosophes, les cinéastes, les romanciers et, en particulier par Simone de Beauvoir dans un roman paru en 1946.             Le récit s’ouvre et se referme avec le personnage de Régine, une actrice obnubilée par l’idée de la mort et qui souhaite ne jamais mourir. Elle rencontre Fosca et est tout de suite fascinée par cet être étrange qui dit sortir d’un asile où il a passé trente ans. Pourtant il ne paraît pas vieux. Il lui révèle qu’il est immortel et lui en donne la preuve: il se tranche la gorge avec un rasoir, un flot de sang le submerge et l’affaiblit mais, au bout de quelques instants  » le sang avait cessé de couler, les bords de l’entaille s’étaient rapprochés. Au-dessus de la chemise cramoisie, il ne restait sur le cou qu’une large cicatrice rose. »           Régine, convaincue, espère qu’il la sauvera de la mort. Elle l’incite à raconter son histoire et c’est le long récit de Fosca qui constitue l’essentiel du roman.
Lire la suite de mon étude →